#3 Emile, c’est l’histoire d’une graine… de quinoa !

Septembre sonne l’heure de la rentrée, profitons du dernier mois de l’été pour prendre des bonnes résolutions : manger mieux, manger sain, manger local. Ce mois-ci nous vous présentons Emile et une graine, qui dispense ses précieuses graines de quinoa et lentilles vertes à la boutique du Conservatoire des Plantes.

emile et une graine copyQuinoa : « la mère de tous les grains »

Originaire d’Amérique du Sud, le quinoa est cultivé et consommé par les populations andines depuis plus de 5000 ans. Il se rencontre sur les hauts plateaux des Andes jusqu’à 4300 mètres d’altitude ; très rustique il s’accommode de conditions climatiques extrêmes comme la sécheresse, le gel, les vents violents…

De culture peu exigeante et pourtant plein de bonnes choses, le quinoa est le trésor des civilisations précolombiennes. A la fois riche en fibres, riche en protéines et en fer, cette graine est absolument sans gluten. Boudé par les conquistadors et dénié par le monde occidental pendant des siècles, le quinoa a pourtant commencé à entrer dans les habitudes alimentaires des pays industrialisés depuis les années 70. Depuis, la demande mondiale ne cesse d’augmenter et a intensifié les pratiques agricoles des principaux pays producteurs comme le Pérou, la Bolivie ou l’Equateur, parfois au détriment de la sécurité alimentaire des populations locales et de l’environnement.

Le retour en force du manger local n’entre cependant pas en contradiction avec la consommation de quinoa. Avec des initiatives comme celle d’Emile et une graine, nous pouvons savourer un quinoa qui n’a pas fait des milliers de kilomètres entre le champ et notre assiette. Regardons de plus près ceux qui osent la différence.

Avec Emile et une graine, le quinoa débarque en Ile-de-France

Les producteurs de quinoa sont peu nombreux dans la région. Toutefois ils ne sont pas inexistants ! Basée à Soisy-sur-Ecole, la société Emile et une graine regroupe plusieurs producteurs associés au cœur du Parc Naturel Régional du Gâtinais Français. Bénéficiant du label « Valeurs Parc », Emile cultive l’authenticité autant que la modernité dans sa démarche. Morgane Brierre, associée, définit cette entreprise comme : « une bande de 6 copains agriculteurs qui se sont unis pour cultiver et commercialiser des légumes secs ».

A l’origine de cette aventure familiale et amicale, on retrouve la volonté d’un agriculteur, Thierry Desforges, qui a tenté cinq années durant de faire pousser cette graine d’or en Ile-de-France. En 2018, c’est enfin un succès avec une production de 10 tonnes de quinoa et 500 kg de lentilles vertes. Morgane Brierre parle d’un « groupe où chacun a ses pratiques agricoles, évolutives, […] dans une démarche d’amélioration constante ». C’est sans doute cet esprit « débrouillard et bricoleur » qui a permis au groupement de producteurs de parvenir à environ 20 tonnes de quinoa et 6 tonnes de lentilles sur la récolte de 2019.

Voilà de quoi alimenter les bassins de consommation franciliens friands d’une alimentation saine et savoureuse, respectueuse de l’environnement et engagée dans une économie de circuit-court.

Emile et mille et une manières de s’engager

Au-delà de la distribution exclusivement locale, la production de quinoa est écologique en elle-même. Pourquoi ? Elle consomme peu d’eau et il n’y a aucun herbicide homologué pour cette culture. Pas de produits phytosanitaires, mais de l’huile de coude et de bons outils ! Outre le désherbage mécanique, c’est une réflexion globale sur l’exploitation qui est menée. Cultures, couverts végétaux, qualité du sol, biodiversité sur l’exploitation… L’expérimentation est permanente et la découverte est quotidienne. Afin de valoriser cette démarche, une gamme bio est d’ailleurs prévue dans les années à venir.

Emile est une graine représente une agriculture française et différente, qui prend les rênes de son impact environnemental. En proposant des produits simples et bons à échelle locale, c’est une opportunité pour le consommateur d’agir et de changer ses habitudes alimentaires dans une optique de soutien à l’agriculture de sa région.

C’est donc un engagement physique et moral de tous les jours, Morgane Brierre ajoute que « en se lançant dans cette aventure, nous nous mettons à l’épreuve, nous apprenons de nouveaux métiers : graphiste, commercial, vendeur sur les marchés, gestion des réseaux sociaux etc. … C’est extrêmement enrichissant ».

Des graines, des projets, et beaucoup d’amour

Emile et une graine ça n’est pas que du quinoa. En plus de la production de départ de quinoa et lentille verte, cette année la bande d’Emile a enrichi sa production en pois chiches ainsi qu’en lentilles corail. D’autres idées sont en germination dans la tête des associés. Dans une dynamique de recherche et d’amélioration de leurs pratiques, mille et un projets sont à prévoir pour ces agriculteurs essonniens, et nous leurs souhaitons de belles réussites.

Pour terminer, laissons la parole à Morgane Brierre. Lorsque nous lui avons demandé ce qu’elle souhaitait dire aux personnes qui achètent et consomment les produits d’Emile, elle nous a répondu ceci : « Ils peuvent être fiers car ils consomment local, leur quinoa n’a pas fait 10 000 km. […] Ils nous font pousser des ailes dans le dos. C’est à eux que revient le pouvoir de faire changer les habitudes de consommation et acheter Emile et une graine, c’est un bon commencement. Et enfin : Bonne dégustation, car notre quinoa a du goût, il n’a pas subi de transformation et il garde son croquant. »

N’hésitez pas à prendre des nouvelles d’Emile sur sa page facebook ( @Emileet1graine), des recettes absolument fabuleuses sont régulièrement postées.

Bon appétit et bonne rentrée à tous !